Les Rituels Pervers

Naissance d’un Rituel

Tranche de quotidien…

Mathieu est un petit garçon de 6 ans. Cette année il entre au CP. Sa dernière « lubie » a été de demander à sa mère de faire sa rentrée avec ses copains. Il précise qu’il est grand et qu’il ne veut pas que qu’elle l’accompagne à la grande école !

D’abord un peu inquiète, elle finit par accepter. L’école n’est qu’à 100 mètres de la maison…Le soir du premier jour de classe, aux environ de 16H30, celle-ci, occupée dans les chambres du premier étage, entend tout à coup la porte d’entrée fortement claquer en se refermant. Mathieu vient de rentrer.« Le chameau ! Depuis le temps que je lui dis que si la porte a une poignée ce n’est pas pour le chat ! » se dit sa mère tout en s’approchant de la rambarde…

Elle aperçoit alors son fils se débarrasser de chacune des ses chaussures qu’il envoie proprement choir au milieu du couloir. L’une d’elle atterrit même dans le bac à fleur ! Suit aussitôt le cartable qui « vole » dans un coin du hall. Interdite, elle contemple un instant le spectacle qui se déroule sous ses yeux, ahurie !

Mathieu est déjà entré dans la cuisine. Il s’empresse de « boulotter » le petit goûter qu’elle lui a préparé, avale son jus d’orange, trop vite, faisant dégouliner la dernière gorgée sur son polo tout neuf !

Sa mère, tétanisée, descend l’escalier comme un automate, le cerveau sur « off ». Elle n’en croit pas ses yeux !
Mathieu, toujours à toute allure, ne l’a pas encore aperçue. Il s’apprête à entrer dans sa chambre pour s’installer à la « Play » au moment où il sent deux mains l’agripper par le col, le stoppant net dans son élan ! « jour’ m’an… » Il n’a pas le temps de finir que sa mère, qui lui fait la tête des mauvais jours, se lance dans une diatribe impressionnante… le visage progressivement déformé par la colère !
Mathieu, interdit, se dit que c’est parce qu’il a oublié de lui dire bonjour ! Puis il ne l’entend plus. Il a peur tout à coup. Sa mère, prenant soin de lui décrire en hurlant, par le menu, l’ensemble des règles qu’il vient d’enfreindre (la porte, les chaussures, le cartable, les miettes…), s’aperçoit tout à coup, au visage de son fils, que son message ne passe plus… Tout en réalisant subitement qu’elle crie beaucoup trop fort…
« En plus c’est son premier jours d’école … Quelle vache je fais… », se dit-elle. Coupable…. Se calmant tout à coup, elle adoucit son regard et tout gentiment dit à Mathieu d’un ton presque mielleux : « Tu comprends maman… elle est en colère parce que tu… »…elle ne résiste alors pas à la tentation de lui rappeler, très gentiment cette fois, toutes les bêtises qu’il vient de faire… « Tu comprends mon chéri ?… » Rassuré, Mathieu, se fend d’un large sourire et embrasse sa maman, apaisée…
Fin d’un premier épisode.
Le soir du deuxième jour, la mère s’est postée à mi-hauteur des escaliers. Alertée par l’épisode de la veille, elle attend Mathieu…
Il rentre, claque la porte, jette son cartable…. Une colère sourde, violente, la secoue. Elle se rue sur lui ! Elle bouillonne, l’agrippe et « disjoncte » complètement ! La fureur a fait place à la colère ! Mathieu, terrorisé, saisit l’étendue de la catastrophe et se met à pleurer. Sa mère, forte cette fois de son bon droit, ne ressent plus la culpabilité de la veille!
Elle termine son sermon par une bonne fessée et un puissant : « Tu as compris cette fois ! ». Mathieu, effondré, file dans sa chambre.
Fin du deuxième épisode.Le soir du troisième jour, maman, derrière la porte, attend… Son fils entre, claque la porte… elle l’agrippe !…
Le drame est noué. Il va durer des années ! Rien n’y fera. Ni les punitions, ni les remontrances, ni les contrats, ou les répétitions, pas plus que les interventions de papa. D’ailleurs, lui-même claque toujours la porte d’entrée…  !

Photo credit: Hernan Piñera via Visual Hunt / CC BY-SA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.